logo Le moteur de recherche de la télé

Vivo : don de sperme artisanal, des bébés clandestins

Le magazine de la santé


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 13h40 sur France 5

capture
– Grâce à un de ces kits, vous pouvez modifier l'enzyme d'une bière pour la rendre fluorescente. On ne fait pas avancer l'humanité avec ça. J.Zayner a voulu montrer que la génétique était accessible et pas dangereux. Il est devenu l'objet de sa propre expérience. On va le voir. Il a modifié les gènes de son avant-bras, responsables de la musculation.
Son but: les faire gonfler. Pour l'instant, il n'y a aucun effet. Il se dit être le premier "bio-hacker" de l'histoire. La mutation génétique est un thème récurrent dans les films de science-fiction. Ily a les "Tortues Ninja", par exemple. Plus proche de J.Zayner, ily a Captain America. Un jour, il participe à une expérience et il devient super fort.
capture
– Benoît: Il a réussi ce que J.Zayner n'a pas réussi. J.Zayner n'a pas utilisé un sérum mais une technologie dont on parle beaucoup, le CRISPR-Cas9.
– Cécile Ricard : Dans les faits, c'est toujours un sérum, des rayons... On reste très flou sur le mode opératoire. Là, J.Zayner affiche sa recette de cuisine. Il se sert de la technologie CRISPR-Cas9. C'est en train de révolutionner les travaux génétiques dans les laboratoires. C'est une sorte de ciseau génétique. Ça sélectionne un ADN de manière très précise. Ça les coupe soit pour que le gène s'exprime pas soit pour le remplacer par une autre séquence.
CRISPR-Cas9 n'a rien inventé. Ça existait déjà avant. On l'a changé d'échelle. On est passé de la calculette à l'ordinateur. On le fait de manière beaucoup plus précise, beaucoup plus rapide et c'est beaucoup moins coûteux. Pour étudier une maladie génétique, avant, il fallait modifier des souris. On mettait un an ou un an et demi pour obtenir des résultats. Avec CRISPR-Cas9, c'est l'affaire de quelques mois. Tous les laboratoires du monde utilisent cette technologie.
capture