logo Le moteur de recherche de la télé

Comment bien choisir ses pulls et ses pelotes de laine !

La quotidienne


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 11h45 sur France 5

capture
–  La compétence de l'agriculteur est évaluée.
– Aucun objectif n'est établi. Libre à l'agriculteur de définir lui-même ce qu'est la bonne dose de pesticides. Impossible pour le consommateur de savoir si les cultures ont été traitées ou non.
– Ce sont des termes marketing. Pour nous, ce sont les chiffres qui comptent. Si on est au niveau de traitement où on est encore aujourd'hui, dans une agriculture intensive, ce n'est pas sain.
capture
– Ily a de quoi s'interroger sur les bonnes pratiques liées à cette agriculture. Parmi les adhérents et financiers de ce réseau, on trouve Monsanto ou Bayer.
– On ne sait pas s'ils vont se passer de pesticides. Il s'agit de verdir le propos pour rendre socialement acceptable une agriculture qui utilise beaucoup de pesticides.
– Du côté de l'association FARRE, on s'en défend.
– Ce serait facile de dire que ces sociétés n'existent pas. On est forcés de constater que les agriculteurs travaillent encore avec les phytosanitaires. Au même titre que quand vous allez chez le médecin, vous utilisez des antibiotiques. Il ne faut pas y voir le grand Satan. Ça demande du temps.
– L'agriculture raisonnée Ce n'est pas un signe de qualité reconnu. Les décrets ne sont plus valables. Les dernières certifications courentjusqu'en 2018. Il reste encore plus de 1000 exploitations certifiées. Depuis 2012, le ministère de l'Agriculture a mis en place une nouvelle certification, la certification environnementales avec des règles plus contraignantes.
– Maya: On vient d'entendre que la notion laisse place à la certification de haute valeur environnementale. Concrètement, qu'est-ce que c'est? C'est un label?
capture