logo Le moteur de recherche de la télé

La maison des Maternelles


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 9h20 sur France 5

capture
– Pour la 1re fois de la journée, Marie hausse la voix.
– Maintenant, ça suffit! Ca, c'est non! Les assiettes, ça casse, c'est dangereux.
– L'éducation positive, c'est aussi ça, permettre aux parents d'exprimer leurs émotions.
– Ily a des moments où c'est compliqué, où on ne peut plus et on se met à crier. On se dit aussi qu'on a le droit de ne pas aller bien, d'être fatigué, d'avoir des émotions.
capture
– Heureusement, Marie peut compter sur Sylvain pour prendre le relais avec un outil spécifique de l'éducation positive.
– J'ai le bâton de parole, je parle. Tu restes en place et tu m'écoutes. Dès que tu seras reposé et en capacité de coopérer, de te comporter correctement en société, tu reviendras dans la cuisine. On est d'accord?
– Plutôt sceptique au départ, cet ancien militaire est devenu un adepte de cette pédagogie.
– La punition où on essaye d'apprendre, d'expliquer et de faire réfléchir l'enfant, c'est une vision à long terme qui permettra à l'enfant de vivre de manière plus bienveillante.
– Entre-temps, Baptiste est revenu à table.
– Agathe: Que vous inspire ce reportage, C.Halmos?
– Claude Halmos : Eduquer un enfant, ce n'est pas juste son enfance à laquelle il faut penser. Il va falloir qu'il vive dans la société telle qu'elle est. A l'école, dans l'entreprise, etc., on ne va pas demander 50 fois à une personne si elle veut bien taper la lettre qu'on lui a demandé de taper ou que sais-je. Comment préparer à cette difficulté du monde si tout peut éternellement se discuter avec des gens qui vont éternellement vous expliquer? Ily a un moment où, même pour son développement personnel, il faut pouvoir dire stop. Ça n'est pas violent d'expliquer la loi du monde à un enfant, au contraire, ça le rassure.
– Benjamin: On a une question.
capture