logo Le moteur de recherche de la télé

Météo à la carte


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 12h55 sur France 3

capture
– Devant moi, le cockpit.
– Nos caméras vont vous entraîner dans les coulisses de l'exploit. Vous allez tout savoir de la vie à bord, à commencer par la cuisine.
– C'est l'heure de manger, couscous ce soir!
– Que mange-t-on en pleine mer lors d'un tour du monde? De bonnes choses, préparées avec amour par Laurent, un ami d'enfance du skipper, sur les conseils de Vivien, chef de restaurant étoilé.
– La joue de boeuf braisée... C'est un boeuf du Pays Basque.
– A bord, on s'alimente en fonction du climat. On ne mange pas autant si on est au large du Brésil ou de l'Antarctique.
capture
– Plus il fait froid, plus on mange, plus c'est réconfortant.
– Par grand froid, François ingurgite jusqu'à 6.000 calories parjour, deux fois plus que la normale. De l'énergie, il en faut pour diriger cette Formule 1 des mers.
– C'est douze heures de boulot intenses, il finit cassé.
– En Charente-Maritime, c'est ici, dans une petite pièce, que les analystes météo échangent 24 heures sur 24 avec François.
– On fait ce qu'on appelle du routage météorologique. On est là pour aider François à définir sa trajectoire la plus rapide.
– Fin novembre, au sud du Pacifique, François a failli tout perdre à cause d'un bloc de glace invisible sur les images satellites.
– On ne pensait pas du tout en voir ici!
– Il n'est pas très gros, il doit faire 50 mètres de haut. C'est l'océan Austral, il fait froid, il y a du vent, cela fait partie du jeu.
– C'est bon, il y a 40 noeuds, c'est impressionnant. Mais plus il y a de vent, plus la mer est déchaînée.
– Les vagues fatiguent le bonhomme et aussi le bateau, il faut qu'il tienne jusqu'au bout, je le bichonne, je le surveille et je lui donne des soins régulièrement.
– En mer, on doit savoir tout faire. On découpe, répare, colle, tout cela à la main.
– C'est de l'artisanat français! Je vends tout cela quand j'arrive à Brest.
capture