logo Le moteur de recherche de la télé

Secret-défense : que nous cache l'Etat ?

Complément d'enquête


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 22h55 sur France 2

capture
–  T. Sotto : En 2013, vous avez réussi à faire déclassifier des documents secret-défense sur les essais nucléaires après des problèmes de santé. Comment ça se passe?
– J.-L. Sans : Une première plainte a été déposée contre X pour non-assistance à personne en danger en 2005. Nous avons ensuite déposé une requête auprès du tribunal. La cour d'appel de Paris nous a donné raison en 2013. C'est la justice qui a obligé le ministère de la Défense... Ce sont les associations qui ont fait déclassifier.
– T. Sotto : Qu'est-ce que cela a permis d'apprendre?
– J.-L. Sans : Cela a permis de transformer des doutes en certitudes. L'ampleur des retombées, les zones de retombées, principalement...
capture
– T. Sotto : Et cela vous aide dans votre combat aujourd'hui?
– J.-L. Sans : Cela nous a beaucoup aidés. Grâce aux documents déclassifiés, on a pu expliquer qu'il fallait arrêter de nous raconter des bêtises. On a pu commencer à faire indemniser des gens.
– T. Sotto : Sait-on combien de personnes sont concernées par cela aujourd'hui?
– J.-L. Sans : Il y a eu entre 1960 et 1996 150.000 personnes, d'après les chiffres de l'Etat, qui ont participé aux essais nucléaires. D'après nos chiffres, ce serait aux alentours de 90.000. Des personnes malades ou décédées des suites, on doit être aux alentours de 4.000 personnes.
– T. Sotto : On hérite de la radioactivité aujourd'hui?
– J.-L. Sans : On s'est aperçu dans nos statistiques qu'il y avait des dégâts très importants sur les enfants et les petits-enfants. rats et elle s'est aperçue que jusqu'à la 22e génération, il y a des conséquences sur la descendance.
– T. Sotto : Quand on parle du secret d'Etat, de la raison d'Etat, de l'intérêt supérieur de la nation, vous ne l'entendez pas?
– J.-L. Sans : On peut l'entendre pendant 15 ou 20 ans. Mais quand on rentre dans un problème de santé publique, on ne peut plus l'entendre. Je comprends qu'on puisse conserver le secret-défense par rapport au contenu de la bombe, sur les gaz utilisés, la puissance, etc. En revanche, qu'on ne protège pas les travailleurs, les populations à Là, je ne comprends plus le secret-défense.
capture