logo Le moteur de recherche de la télé

Secret-défense : que nous cache l'Etat ?

Complément d'enquête


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 22h55 sur France 2

capture
– Ben voyons!
– Parmi les patients du médecin, deux membres de la famille du maire, Damien Girard.
– Il y a mon beau-frère et mon beau-frère...
capture
– Tous deux étaient employés comme maçons au Polygone.
– Mon beau-père n'a pas pu profiter de sa retraite, il a eu un cancer et est décédé juste après. Mon beau-frère, pareil, 58 ans, c'est pas un âge pour décéder... Mon beau-père ne parlait jamais du CEA. En phase terminale, il m'a expliqué qu'il y avait eu des puits d'expérimentation et qu'il y avait descendu la caméra. Il m'avait dit: "C'est magnifique, on croirait les vitraux de la cathédrale de Reims!". Le problème, c'est que, et ça le faisait presque rire... "Moi, j'avais mes gants en cuir, mes bottes en caoutchouc et on se serait cru sur la planète Mars. Tous les gens autour étaient habillés en combinaison et masque". Et lui, sous-traitant, rien! du poumon, une pathologie apparemment fréquente chez les anciens employés du CEA. Dans cette famille aussi le cancer du poumon a frappé. A 34 ans pour le jeune Florent et 59 ans pour son père... Les seules informations que le CEA a bien voulu leur fournir, c'est cette liasse de documents. Après chaque tir, le père nettoyait les dalles de béton et devait se soumettre à une batterie de tests médicaux.
– On dit qu'il aurait subi une petite irradiation...
– Sur ce relevé, il y a surtout des traces de béryllium, prélevées dans le masque porté par l'ancien ouvrier. La plupart du temps, le taux est normal, inférieur à 200 microgrammes par litre. Mais il atteint parfois 5.000, et même 26.500 microgrammes par litre Le béryllium est utilisé dans les têtes nucléaires. Ce métal se manipule avec d'extrêmes précautions.
– Le béryllium est très connu comme étant une matière particulièrement toxique par inhalation, et pouvant induire des pathologies pulmonaires graves. C'est une matière très toxique en petite quantité. Il faut tout faire pour ne pas l'inhaler.
– Retour en banlieue parisienne, à Vaujours. Ici aussi, on s'inquiète des conséquences sanitaires sur le voisinage. Surtout depuis que des démolisseurs sont à l'oeuvre sur le site...
capture