logo Le moteur de recherche de la télé

Secret-défense : que nous cache l'Etat ?

Complément d'enquête


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 22h55 sur France 2

capture
– Pas un mot! Je me suis présenté à la gendarmerie pour savoir ce qu'il y avait eu, c'était un silence...
– La base est fermée depuis quatre ans mais refuse toujours de livrer ses secrets. On l'appelle "le Polygone de Moronvilliers". Il est situé juste derrière la colline.
Quand nous tentons d'approcher notre drone, il est automatiquement bloqué. L'interdiction de survol s'étend jusqu'à 20 kilomètres à la ronde autour du terrain militaire. Sur Internet, les photos satellites sont brouillées. Seul le maire de Pontfaverger a accepté de nous emmener au plus près de cet inquiétant voisin.
capture
– En 83, un cultivateur a trouvé un drôle de caillou dans son champ. Il était jaune, gros comme un paquet de cigarettes et il faisait C'était un bout d'uranium qui provenait du CEA.
– La levée du secret-défense est devenue son obsession. Damien Girard est persuadé que les tests secrets et du CEA constituent une menace pour la santé de ses administrés.
– C'est complètement inadmissible qu'on ne sache pas ce qui a été enfoui ici! S'il y avait vraiment une transparence, l'Etat français me donnerait un document et me dirait que tout a été nettoyé.
– Franchir ce grillage est passible d'un an de prison et de 15.000 euros d'amende. Mais un jeune homme qui souhaite garder l'anonymat nous a confié un document exceptionnel. Il y a un an et demi, il est entré sur le terrain du CEA avec une petite caméra.
Sur ces 500 hectares à l'abandon, le gibier prolifère. charges à la puissance colossale. Sous cette tente, des fûts métalliques attirent l'attention du vidéaste amateur. Ils stockeraient des pépites retrouvées sur le site. 1,85 milliSievert par heure, c'est 13 soit plus élevé que la radioactivité naturelle. Et sur ces plaques métalliques, le compteur s'emballe, bloqué au niveau maximum de radioactivité. Nous prenons rendez-vous avec un expert indépendant pour qu'il analyse ces images. Bruno Chareyron est ingénieur en physique nucléaire à la Criirad,
capture