logo Le moteur de recherche de la télé

Une dette à effacer

Envoyé spécial


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 20h55 sur France 2

capture
– Elle aurait alors été violée une seconde fois. renouveler son contrat. C'est en quittant la mairie qu'elle trouvera enfin le courage de raconter son histoire. Cette femme est celle qui va recevoir ses confidences. Cette juriste dirige une association qui vient en aide aux femmes victimes de violences au travail. En décembre 2010, avec sa collègue, elles reçoivent Virginie Ettel, désemparée. Elle a conservé ses notes de l'époque.
– Sa première fois, c'était de dire qu'elle devait briser le maillon de la chaîne du silence. Et que si elle ne fait rien, c'est non-assistance à personne en danger car il y a d'autres jeunes femmes qui sont en contact avec le maire et qui pourraient se retrouver dans la même situation.
capture
– Des récits comme celui-là, elles ont entendu des centaines. Toujours la même honte, la même crainte de représailles...
– Elle se sent très coupable de ce qui lui est arrivé. "Pourquoi moi, pourquoi il s'en est pris à moi", ce sont des questions qui reviennent régulièrement... Avec la peur d'être traînée dans la boue.
– On comprend très vite que dans ce dossier, tous les coups vont être permis, qu'elle s'attaque à quelqu'un qui a du pouvoir et qu'elle n'en a absolument aucun. Il y a un déséquilibre des pouvoirs entre elle et ceux qu'elle accuse. Donc, ça va être difficile...
– Après ce rendez-vous, Virginie Ettel est convaincue qu'elle doit porter plainte et ne s'en cache pas à Draveil.
C'est là que tout bascule. Elle raconte subir toute une série d'intimidations pour l'empêcher de parler. Et la toute première pression viendra de là où elle l'attend le Cette ancienne collègue était aussi une proche de Georges Tron, son assistante parlementaire et sa collaboratrice à la mairie. Aujourd'hui, c'est une femme repentie qui regrette le rôle qu'elle a joué. Elle assure que Georges Tron en personne lui aurait demandé de faire peur à son amie Virginie en décembre 2010.
capture