logo Le moteur de recherche de la télé

Une dette à effacer

Envoyé spécial


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 20h55 sur France 2

capture
– Aujourd'hui, ils sont une vingtaine, bien concentrés car ce sont les premiers concernés.
– Bonjour, je suis responsable de la sûreté adjoint pour le groupe Kiloutoo.. Je viens de rejoindre la direction cyber au sein du groupe La Poste...
– Je suis en charge de la protection de la formation pour un groupe industriel...
– Bonjour, c'est assez varié aujourd'hui!
– Tous participent à une sensibilisation aux attaques informatiques.
capture
– La question n'est pas de savoir si cela va arriver, c'est quand et qu'est-ce qu'on fait...
– Au programme aujourd'hui, WannaCry mais dans la peau de l'attaquant. Et ce n'est pas le langage technique qui leur fait peur...
– On va dans le bon répertoire, tu appuies sur la tabulation...
– Je viens de lancer l'attaque et je suis en attente d'une victime.
– Une victime fictive et une première pour eux, plus habitués à parer les coups.
– Cela permet de toucher du doigt la simplicité avec laquelle un attaquant peut déployer ce genre de menaces. C'est très important. Et c'est plutôt simple pour quelqu'un qui pratique... défendre.
– La plus grosse vulnérabilité, le plus gros problème, c'est souvent entre la chaise et le clavier, c'est-à-dire l'humain.
– Ici, tous maîtrisent déjà les règles de base: toujours faire des sauvegardes déconnectées des réseaux, mettre à jour les logiciels et surtout, ne jamais ouvrir de courriel dont la provenance est inconnue.
– Tout le monde est un peu dans un climat de peur et de stress et et on sait que la sécurité, ce n'est pas une accumulation C'est renforcer l'individu. Ce que je fais, comment je me méfie... Pour cela, il faut se former.
– Les entreprises françaises ont tardé à considérer la sécurité Ce soir-là, c'est le secrétaire d'Etat au Numérique qui met en garde lui-même.
capture