logo Le moteur de recherche de la télé

Une dette à effacer

Envoyé spécial


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 20h55 sur France 2

capture
– Qui sont ces nouveaux braqueurs, ces maîtres chanteurs? Nous allons tenter de les rencontrer. Sur Internet, nous découvrons que leurs armes sont en vente sur des sites clandestins. Et il y en a à tous les prix... De 25 euros pour un virus jusqu'à 3.000 dollars pour un logiciel de rançon qualifié de monstre. fabriqué, prêt à l'emploi. Je réussis à entrer en contact avec un groupe de pirates, méfiants. Leur crainte: que je sois policier. Nous échangeons par messagerie cryptée, je dois prouver mon identité. Une photo avec la date du jour et ma carte de presse... L'un des rançonneurs accepte de nous rencontrer. Dans le sud de la France, nous avons rendez-vous avec ce jeune pirate que nous appellerons Julien. Il a accepté de nous parler à condition de ne pas être reconnu. Vous ne verrez pas son visage et sa voix a été modifiée. Lui s'introduit d'abord dans l'ordinateur de ses "victimes" comme il les appelle. Et Julien tient à nous faire une démonstration à distance... Il prend le contrôle de la Webcam d'un internaute aux Pays-Bas.
– vous êtes introduit dans un ordinateur? Il ne sait pas qu'il est filmé?
– Avant d'exécuter le logiciel de rançon, comme un cambrioleur, sans aucun état d'âme, Julien fait d'abord un repérage.
capture
– Qui est votre dernière victime à avoir payé?
– Le pirate explique cibler uniquement des particuliers avec des petites rançons. Depuis quelques mois, Julien dit avoir gagné 1.400 euros grâce à ses braquages à distance.
– C'est une forme de chantage? En leur envoyant la demande de rançon, vous pensez à ce que ressentent les victimes? Vous pensez à quoi? C'est un jeu pour vous?
– Pour ces délits, il encourt jusqu'à cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende. Julien et ses complices ont même créé leur propre virus mais est-il aussi infaillible que le cyberdélinquant le prétend? Nous avons apporté ce logiciel de rançon à Jean-Yves Marion pour qu'il l'analyse.
– On nous a transmis ce logiciel de rançon. Peut-on savoir si les anti-virus le détectent ou non?
– Le code malveillant est passé au crible des antivirus censé protégé votre ordinateur.
capture