logo Le moteur de recherche de la télé

Affaire conclue, tout le monde a quelque chose à vendre


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 16h00 sur France 2

capture
– Sophie: Très bien. Une idée du prix que vous en souhaitez?
– Philippe: Je me suis fixé un seuil de 300 euros. Je vais voir si vos acheteurs...
– Sophie: C'est votre seuil plancher. Estimation?
– J.Duvillard: Je ne vais pas vous dire que ce n'est pas possible. La valeur marché de ce meuble est en dessous. Je vais dire 200 euros.
– Sophie: A vous de voir. Je pense que ça peut leur plaire.
– Philippe: Sophie va venir avec moi, pour qu'elle les pousse...
– J.Duvillard: Non, vous vous débrouillez!
– Sophie: Voici votre passe. A vous de trouver de bons arguments pour les convaincre. Merci d'être venu nous voir. Bonne chance. Très marrant, ces petits accoudoirs de jambes.
– Sophie: On connaît les accoudoirs de bras, mais pas de jambes.
– J.Duvillard: Du coup, ce ne sont que des accoudoirs.
– Philippe: J'ai bon espoir. On m'a dit un minimum de 200 euros. Mon seuil est de 300 euros. On n'est pas très loin. Sophie aurait pu m'assister. Ce n'est pas son rôle. Je vais me débrouiller seul.
capture
– Le fauteuil de Philippe invitera-t-il les acheteurs à la détente? Nous allons le voir tout de suite.
– A.-C.Verwaerde: Bonjour. Comment vous appelez-vous?
– Philippe: Philippe.
– A.-C.Verwaerde: Bienvenue. Vous venez d'où?
– Philippe: De Nantes.
– A.-C.Verwaerde: Beaucoup de soleil, à Nantes?
– Philippe: Il y fait bon vivre.
– A.-C.Verwaerde: Avez-vous profité de ce fauteuil?
– Philippe: Durant une certaine période. Je l'ai acheté en 2001. Je demeurais à Saint-Germain-en-Laye.
– A.-C.Verwaerde: De quelle époque date-t-il?
– Philippe: On m'a dit fin des colonies françaises, que j'ai du mal à situer...
– A.-C.Verwaerde: 1960.
– Philippe: Milieu du XXe siècle.
– Antoine Laugier : C'est un fauteuil de gynéco! Je vais demander à Anne-Catherine de s'installer.
– Philippe: C'est un argument de vente.
– Austin Morel : C'est bizarre, quand même.
– Juliette Cohen : Il faut mettre les pieds en l'air.
– Austin Morel : Bien sûr! Laissez-moi tranquille.
– Philippe: Il fallait utiliser les palettes pour mettre les pieds.
– P.-J.Chalençon: Je vais le faire. On est en pantalon.
– Philippe: Ça sert
– P.-J.Chalençon: On est bien.
capture