logo Le moteur de recherche de la télé

Journal 13h00


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 13h00 sur France 2

capture
–  N.de Rincquesen: Marseille veut privatiser sa fourrière municipale qui perd chaque année 1,5 million d'euros. L'opposition pointe du doigt une gestion désastreuse. Comment, dans une ville comme Marseille, connue pour son manque de discipline en matière de stationnement, une fourrière peut ne pas être excédentaire?
– A Marseille, il fait presque partie de la carte postale: le stationnement anarchique est une spécialité locale. En toute logique, la 2e ville de France devrait être une mine d'or pour la fourrière municipale. Pourtant, malgré ce ballet incessant de dépanneuses, la fourrière de Marseille perd beaucoup d'argent. Plus de 1,5 million d'euros l'an dernier. Pour redresser la barre, la mairie a décidé de la privatiser. Cette réforme fait débat.
– Je suis pour. C'est une privatisation qui ne gênera pas trop de monde.
capture
– Je ne pense pas que ce soit une bonne chose. Le prix va encore augmenter et ils feront encore plus de marge.
– Les voitures seront plus facilement récupérées. Automatiquement, les gens devront payer.
– Pour le coup, la fourrière deviendra rentable.
– Pour gagner en productivité, la mairie avait déjà étendu les horaires des agents de la fourrière la nuit et le week-end sans parvenir à redresser les comptes. Alors, privatiser un service déficitaire suffira-t-il à le rendre rentable? Oui, selon la mairie, qui fait un aveu d'échec.
– Nous n'avons pas été bons et à la hauteur de nos objectifs. Les résultats n'étant pas ce que nous escomptions, nous devons le tenter. Nos concitoyens ne comprendraient que nous n'essayions pas cette option de la délégation de service public.
– L'opposition, au contraire, dénonce un problème de gestion et un cadeau au privé.
capture