logo Le moteur de recherche de la télé

Télématin (suite)


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 7h10 sur France 2

capture
– Il existe plusieurs types de virus, pour l'instant peu agressifs. L'épidémie de grippe peut durer jusqu'à 9 semaines. Pour l'éviter, il faut se laver les mains régulièrement et ne pas voir de personnes contaminées. Il est également conseillé En 2016, la grippe avait causé la mort de 14 400 personnes.
– Sophie Le Saint : Fin du régime spécifique de la Sécurité sociale pour les étudiants. C'est une petite révolution. A partir de la rentrée prochaine, ils seront tous rattachés au régime général de l'Assurance maladie.
capture
– Depuis près de 70 ans, à chaque rentrée universitaire, les étudiants devaient s'affilier à une mutuelle pour 217 euros. A la rentrée 2018, tout change. Une simple cotisation, moins chère, permettra aux 2 millions d'étudiants français d'être couverts pour leurs dépenses Les boursiers resteront exonérés de ces frais. La Sécurité sociale des étudiants, créée en 1948, avait fini par être critiquée pour ses coûts élevés et la lourdeur de sa gestion. Selon la majorité, cette réforme va permettre une réelle simplification administrative. L'opposition s'inquiète de cet afflux de nouveaux dossiers à gérer pour la Sécu. Avec la fin du RSI, doit déjà intégrer, dans les mois à venir, les travailleurs indépendants.
– Sophie Le Saint : Suite du déplacement d'E.Philippe et de ses conseillers à Cahors. Ce matin, le Premier ministre présidera la Conférence nationale des territoires. Le rendez-vous est très attendu par les représentants des collectivités, inquiets de voir leur budget amputé.
– Délocaliser la moitié du gouvernement dans le Lot pour tenter de renouer le contact direct avec la population et les élus de régions, c'est l'objectif d'E.Philippe et de cette Conférence sur fond de tensions des collectivités qui ont vu leurs dotations financières versées par l'Etat baisser depuis plusieurs années et qui s'inquiètent de la disparition de la taxe d'habitation.
– Elisabeth Philippe : Je ne crois pas du tout qu'il y ait un problème de confiance. Notre logique est de laisser les élus prendre des initiatives. Notre logique, c'est d'établir une relation fondée sur le contrat, donc sur la confiance.
capture