logo Le moteur de recherche de la télé

Les îles Vierges américaines, paradis perdu de Pissarro

Invitation au voyage


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 16h30 sur Arte

– Sur l'île de Saint-John, Hawksnest Beach est fréquentée surtout par les locaux. Dans cette région subtropicale, le soleil est écrasant. C'est cette lumière bien particulière qui a influencé Pissarro. Shira Sofer vit aux îles Vierges, où elle enseigne l'art. Elle-même artiste, elle comprend parfaitement ce qu'a pu ressentir le futur peintre impressionniste lors de sa jeunesse ici.
– Les couleurs ici sont très différentes de celles qu'on voit en Europe, à cause de l'intensité de la lumière. Parfois, pendant la journée, il faut plisser les yeux, et on voit apparaître comme des petites bulles, des prismes. Ces choses-là ont modifié sa façon de voir les couleurs. La lumière ici est tellement vive, les couleurs sont éclatantes. Comme les vêtements des locaux, par exemple, comparés au noir et au gris que portaient les juifs européens qui sont venus ici. Ily a une brillance typiquement caribéenne. Je crois qu'inconsciemment ou consciemment, il a emporté ça avec lui en Europe.
– En effet, une fois en France, Pissarro rompt catégoriquement avec le classicisme ambiant. Il élimine le noir et les ocres de sa palette, ne composant ses toiles qu'à partir des 3 couleurs primaires. Il travaille aussi les effets de lumière sur des paysages toujours saisis dans l'instant. Ce langage pictural né dans ces îles tropicales posera les bases du courant impressionniste. "Peignez généreusement et sans hésitation "pour garder la fraîcheur de la 1re impression. "Ne vous laissez pas intimider par la nature, au risque d'être déçu du résultat."
– Pissarro disait à propos des sensations dont on parle toujours dans l'impressionnisme qu'elles n'étaient pas optiques ou universelles, mais qu'elles étaient liées au psychisme, à la spiritualité, à l'esthétisme ou à la politique. Cette connexion à l'eau, aux arbres, au coeur de ces choses, c'était presque comme de la zénitude. Il avait aussi une vision très indigène de la beauté à l'état pur, de la beauté des choses simples qui comptaient tant pour lui. De voir la beauté là où les autres ne la voient pas, ce qui est très indigène.