logo Le moteur de recherche de la télé

Naissance d'une sage-femme


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 15h35 sur Arte

capture
– Compresse. Ciseaux. Allez-y.
– Emilia mène efficacement l'opération. Mais il est trop tard.
– Le bébé était mort.
– La sage-femme doit enrayer l'hémorragie pour sauver la mère. Elle lutte. Derrière elle, l'obstétricien supervise l'opération.
– Je me demandais ce qu'il allait penser. Il aurait peut-être fait autrement.
capture
– La césarienne s'avère bien plus compliquée que prévu. La femme est arrivée trop tard. Du sang s'est accumulé dans son utérus. Heureusement, on peut lui faire une transfusion. Les hémorragies de ce type sont à l'origine de 1/4 des décès maternels dans les pays en voie de développement. La patiente saigne. Pour lui sauver la vie, il faut enlever l'utérus, un acte qu'Emilia n'a jamais appris.
– Enlevez tout l'utérus. Retirez-le.
– Comme je n'ai pas d'expérience, le docteur a dû intervenir. Il est rapide et a beaucoup de métier.
– Je préfère une mère vivante sans utérus plutôt qu'une mère morte avec son utérus. on lui a enlevé l'utérus.
– La vie d'une mère est bien plus importante. On croit faire une simple césarienne, mais des complications peuvent survenir à tout moment. Il faut être prêt et s'attendre à tout.
– Elle a deux enfants. Elle attendait son troisième. Malheureusement, il est mort et elle ne sera plus jamais enceinte. Je suis triste quand on doit enlever l'utérus à une femme qui n'a pas d'enfant. Ici, au Mozambique, les femmes sont en danger qu'elles ont perdu leur utérus. Elles pensent qu'elles ne sont plus des femmes. Elles croient qu'elles ont perdu ce qui faisait d'elles des femmes.
– La femme opérée par Emilia a survécu, une jeune mère est morte.
– Emmène-la, les pieds devant.
– Si elle était arrivée plus vite elle aurait pu être sauvée. C'est dans les villages de ces futures mères qu'Emilia va aller poursuivre sa formation, s'éloignant encore un peu plus de sa famille, à Maputo. Je pleure tous les jours. ne pas penser que je suis loin de ma famille. C'est difficile. Je le sens tous les jours.
– Pour sa formation, Emilia va s'enfoncer dans le Mozambique rural et aller à Manjacaze, accessible par une piste.
capture