logo Le moteur de recherche de la télé

Australie, un peuple aux confins du monde

Quand Homo sapiens peupla la planète


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 11h15 sur Arte

– Sur un continent où les vestiges archéologiques sont rares, ces ossements représentent Ils soulignent l'isolement de l'Australie, par rapport au reste du monde. Ily a plus de 50 millions d'années, à cause de la tectonique des plaques, l'Australie a été séparée de l'Antarctique. Depuis, elle est coupée de tout autre masse terrestre. Sa faune et sa flore ont donc évolué de manière isolée, ce qui a donné naissance à des espèces endémiques. L'une d'elles est un marsupial géant, le diprotodon.
– Pour vous donner une idée de leur taille, voici un fémur, l'os de la cuisse d'un diprotodon. On a affaire à un animal d'1,8O m de haut, avec à peu près la même masse qu'un rhinocéros, c'est-à-dire, entre 1,5 tonne et 2,5 tonnes. Même dans la famille des kangourous, ily avait des géants. Ca, c'est le crâne et les mâchoires du kangourou gris actuel. Et là, c'est le crâne d'un kangourou préhistorique. La différence de taille est frappante. C'est véritablement un méga-kangourou.
– Les premiers Australiens avaient découvert un paradis, une terre verdoyante, avec une profusion d'animaux à chasser et de nourriture à cueillir. Et, parce qu'ils étaient peu nombreux, les rivalités étaient rares, voire inexistantes. Aucune région n'aurait pu offrir de meilleur habitat que celle du lac Mungo. Il renfermait suffisamment de poissons pour subvenir aux besoins d'une communauté pendant des millénaires. Tanya Charles est aborigène et travaille à la gestion du parc national de Mungo. Elle y trouve partout des vestiges du passé, disséminés parmi les restes de feux de camp.
– Dans cet ancien feu de camp, on voit qu'ils ont mangé des oeufs d'émeu, mais aussi du poisson. On a des outils en pierre. Ils s'en sont servi pour écailler et vider les poissons. Ca, c'est une ouïe de morue de Murray. Ce poisson a été cuisiné, ily a plus de 40 millénaires. En avoir un vestige sous les yeux, c'est extraordinaire. C'est très émouvant. Non seulement, on voit la trace de nos ancêtres, mais on sent leur présence. C'est un lieu chargé de spiritualité.
– Le squelette de l'homme de Mungo apporte un éclairage sur le mode de vie de l'époque.