logo Le moteur de recherche de la télé

Australie, un peuple aux confins du monde

Quand Homo sapiens peupla la planète


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 11h15 sur Arte

capture
– On veut retracer toute l'histoire du peuplement de l'Australie. A quelle vitesse les peuples se sont répandus sur le continent, à quel point ils étaient itinérants... Autant de questions qui restent sans réponse, pour l'instant.
– Nous, les aborigènes d'Australie, on a été, pour la plupart, déconnectés de nos ancêtres et de nos racines par la colonisation. On a un peu perdu nos traditions.
– Grâce à la science moderne, on peut en savoir plus sur la personne retrouvée. Et on pourra établir mon degré de proximité avec elle. C'est une très bonne chose.
– Pour connaître leur lien de parenté avec la femme retrouvée sur la plage, les aborigènes doivent fournir un échantillon d'ADN.
capture
– Crachez dans ce tube, puis rebouchez-le. On aura un échantillon.
– Encore récemment, beaucoup refusaient, car ils se méfiaient des chercheurs.
– Ça suffit ?
– Ils ont changé d'avis, depuis le premier séquençage du génome aborigène.
– La plupart de ces communautés ont perdu une partie de leur culture et de leur histoire originelle. Maintenant, ils veulent connaître leur passé. Et l'un des outils pour se réapproprier ce savoir, c'est la science et la recherche génétique.
– Tous les échantillons d'ADN se retrouvent ici, dans une chambre froide, au Danemark.
– Ca, ce sont des prélèvements d'aborigènes australiens vivants. C'est de la salive. Les échantillons modernes sont très utiles. En les comparant avec les anciens, on peut en déduire les déplacements des populations et leur degré d'isolement. Si on compare l'ADN de Thomas à celui du squelette de 3 000 ans, on peut savoir s'ils appartiennent ou non au même groupe, celui qui vivait dans cette région, à l'époque. C'est la connaissance, du génome moderne et du génome ancien qui nous permet de comprendre le passé.
– L'histoire génétique de l'Australie commence à peine à être retracée.
capture