logo Le moteur de recherche de la télé

Le berceau africain

Quand Homo sapiens peupla la planète


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 9h25 sur Arte

– Encore récemment, des archéologues et anthropologues cherchaient un foyer d'origine unique, une sorte de jardin d'Eden qui expliquerait pourquoi on se ressemble tous. On sait maintenant que ce scénario est faux. A mon avis, nos origines ressemblent davantage à ça. L'eau d'une rivière qui se fraye son propre chemin. Parfois, le courant se divise, puis se reforme, mais le flot est ininterrompu. Les origines de l'homme moderne, c'est pareil. Notre histoire est celle de nombreux groupes humains, elle est celle de la diversité.
– Selon cette hypothèse, on est une espèce née de nombreux parents disséminés dans toute l'Afrique. Nos racines sont bien plus entremêlées qu'on ne l'imaginait. Notre histoire prend un tour encore plus fascinant grâce aux recherches de la généalogiste afro-américaine, Jacqueline Johnson. Elle se passionne pour les origines de son arrière arrière-grand-père, Albert Perry, inscrit sur les registres de recensement de 1870 comme esclave affranchi de Caroline du Sud.
– Il est indiqué ici qu'il a 43 ans. Il est donc né vers 1827. Lui, c'est Clyde, mon arrière-grand-père. Il n'avait que 3 ans. Ce grand recensement est le premier où les esclaves sont répertoriés avec leur nom de famille. Avant ça, ils étaient considérés comme la propriété de quelqu'un.
– Jacqueline Johnson a pu remonter sur 5 générations, pas davantage. sa famille n'est enregistrée nulle part.
– Voici notre arbre généalogique. Là, c'est moi, ma mère, ma grand-mère mon arrière arrière-grand-père. C'est rageant de ne pas pouvoir remonter plus loin. Les gens ne sont pas sortis du néant en 1870. Ils étaient en vie avant. Alors, où étaient-ils ? Je veux savoir qui était Albert Perry. Je me suis assuré le concours de trois scientifiques spécialistes de la généalogie génétique.
– En 2006, je regardais à la télévision l'émission "African American Lives" On y parlait d'ADN. On a prélevé des échantillons d'ADN afin de les comparer à des échantillons provenant du monde entier.
– On disait aux participants : "Vous êtes liés à tel groupe au Nigéria..." J'ai compris que je tenais la solution, que je pouvais analyser mon ADN pour découvrir d'où ma famille était originaire.