logo Le moteur de recherche de la télé

Le berceau africain

Quand Homo sapiens peupla la planète


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 9h25 sur Arte

capture
– En 2010, des généticiens de l'institut Max-Planck sont parvenus à décrypter le code génétique d'un homme de Néandertal. Ils ont travaillé sur un fragment de tibia contenant des traces d'ADN, malgré un séjour de 38 000 ans dans une grotte. Le séquençage d'un génome aussi ancien est une tâche colossale. Au fil du temps, l'ADN se décompose en des milliards de fragments qui se mélangent entre eux et sont contaminés par l'ADN de bactéries et d'insectes. La difficulté pour les généticiens consiste à identifier les fragments de l'ADN néandertalien, à les isoler et à les assembler dans le bon ordre. Il a fallu 2 ans et demi aux appareils de séquençage pour effectuer la 1re reconstitution du génome d'une espèce humaine éteinte.
– Notre interrogation était de savoir si les hommes modernes, quand ils avaient quitté l'Afrique et croisé les Néandertaliens, s'étaient mélangés avec eux.
capture
– Les chercheurs ont comparé le génome de l'homme de Néandertal avec celui d'Africains actuels et n'ont trouvé aucune preuve de métissage. Rien que de très normal puisque les Néandertaliens vivaient en Europe et nous, en Afrique. Puis ils ont effectué la même comparaison avec des Européens d'aujourd'hui et là, les résultats
– A ma grande surprise, on a découvert qu'il existait une similitude plus importante entre les génomes européens et néandertaliens qu'entre les génomes africains Plus surprenant encore, on retrouvait ce même degré de similitude dans la comparaison avec les Asiatiques.
– Dans tous les génomes étudiés, la contribution néandertalienne est apparue être la même. Hors Afrique, l'intégralité de la population mondiale semble avoir hérité entre 1 et 3% de l'ADN de Néandertal.
– Quand on a commencé nos travaux, j'étais totalement impartial. Je pensais qu'il n'y avait pas eu métissage, mais les résultats nous montrent qu'on se trompait. Il est évident continuent de vivre en nous dans de nombreuses parties du globe.
capture