logo Le moteur de recherche de la télé

Pays-Bas : le pacte avec l'eau

Planète d'eau


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 8h40 sur Arte

– Tic-tac d'horloge. Alex van der Perk.. est l'un des tenants de cet héritage. Comme 1 500 autres meuniers bénévoles, sa tâche consiste à maintenir son moulin en bon état.. et à préserver ce savoir-faire traditionnel. Chants d'oiseaux. Son moulin, tout comme des milliers d'autres aux Pays-Bas, n'avait autrefois qu'un seul but: utiliser la force du vent... pour pomper de l'eau. Car aux Pays-Bas, la menace se trouve aussi dans les fleuves.. et les nappes phréatiques. Sans systèmes de drainage, une grande partie des provinces occidentales du pays.. ne serait que marécages et terres détrempées. L'assèchement des marais.. a rendu les Pays-Bas cultivables. A partir du XVe siècle, on y a développé un ingénieux système de tranchées, puis de canaux, pour pomper l'eau des prés.. situés en dessous du niveau de la mer. Bêlement. Aujourd'hui encore, les polders, ces étendues artificielles de terre.. gagnées sur l'eau, doivent être constamment drainés.undefined
Les pompes autrefois actionnées par les moulins à vent.. ont été remplacées par une armada de pompes électriques. Bruit de démarrage. Les conséquences de ces méthodes sont aujourd'hui problématiques. Le sol des marécages asséchés est en train de se tasser. Cela a provoqué l'affaissement de nombreux polders, qui se situent aujourd'hui.. en dessous du niveau de la Meuse ou du Rhin. Cris d'oiseaux. Si, en cas de crue, une digue venait à rompre, les polders de plus basse altitude.. seraient aussitôt inondés. Pas de quoi émouvoir les Néerlandais, qui font confiance à leurs digues. Comme ici, sur le polder d'Overdiepse, le long de la Bergsche Maas, au sud-est de Rotterdam. Chants d'oiseaux. Dans sa ferme située sur le polder, la famille Fleerakkers.. élève une centaine de vaches laitières. Meuglement. Comme la plupart des Néerlandais, Stan Fleerakkers se sentait en sécurité derrière les digues, dont la construction.. et l'entretien sont à la charge de l'Etat. Yvonne, sa femme, a grandi sur le polder. La ferme appartenait autrefois à ses parents. Pour elle aussi, il n'y avait aucune raison de s'inquiéter.