logo Le moteur de recherche de la télé

Matisse illuminé par Nice

Invitation au voyage


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 8h00 sur Arte

– Des infrastructures routières naissent dans les Highlands et permettent de désenclaver les plus modestes communautés. Témoin de cette époque charnière, le pont de Craigellachie est un des sites les plus appréciés de la Speyside. L'affection des Ecossais pour lui est due à celui qui l'a conçu : Thomas Telford était un ingénieur civil écossais qui a rénové le système routier de l'Ecosse au début du XIXe siècle. au-dessus de la rivière Spey, c'est un chef-d'oeuvre de construction en fonte bien en avance sur son temps. Pour faire face aux contrebandiers qui distribuent facilement leur boisson, les autorités patrouillent le long des routes. Mais les hors-la-loi qui connaissent bien la région ont de la ressource. C'est à une trentaine de kilomètres au sud du pont, dans la vallée de Glenlivet, que David Newland nous embarque sur les chemins de traverse pour marcher sur les pas des brigands ayant pris le maquis.
– Tout autour de vous, vous voyez tout ce dont ils avaient besoin pour faire du whisky: les champs pour l'orge, beaucoup d'eau grâce à la rivière, la bruyère même qu'ils utilisaient pour recouvrir les cabanes, afin que personne ne les voie et pour se tenir au chaud sur la route.
– Les contrebandiers s'installent dans des distilleries de fortune à même la colline. Le produit est ensuite acheminé vers les villes de Perth et Aberdeen, à plus de 100 km, ce qui équivaut alors à une semaine de marche.
– Il y a 2, voire 3 sentiers, qui mènent hors de Glenlivet. L'un d'eux estjuste derrière nous. Ils le prenaient pour emmener le whisky jusqu'à Perth. Personne n'achetait le whisky. Ici, tout le monde en avait. Les demandeurs, c'était les classes moyennes écossaises qui se développaient dans les villes et qui aimaient parfois prendre un verre.
– Ces collines sont le théâtre de sanglants affrontements entre les contrebandiers et les "excise men", des officiers en charge de récolter les taxes et d'arrêter les hors-la-loi. Un des plus redoutés était Malcolm Gillespie qui n'hésitait pas à faire usage de la violence.
– C'était un jeu du chat et de la souris.