logo Le moteur de recherche de la télé

Matisse illuminé par Nice

Invitation au voyage


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 8h00 sur Arte

– Les saveurs sont tellement fortes, si exotiques, et pourtant, c'est fait avec 3 simples ingrédients issus d'Ecosse. Le fait de pouvoir goûter de la cerise, de la banane des raisins, du gâteau de Noël, de l'arome fumé, c'est fascinant. J'étais enchanté etj'ai voulu combiner ma passion pour l'histoire avec ma passion pour le whisky.
– A Cabrach, Kieran German s'intéresse au mode de vie des habitants, dont il reste quelques vestiges, comme cet ancien hameau datant de la fin du XVIIe siècle. A l'époque, la liqueur est une eau de vie que les paysans utilisent pour se donner du courage l'hiver.
– On sait que dans un endroit comme Cabrach, chaque ménage avait un alambic, mais de petite taille. Les gens produisaient à domicile. Ils utilisaient de l'orge qui poussait dans leur champ, qui fermentait ensuite, et ils le brassaient pour en faire un genre de bière au goût fort. Puis ils distillaient le tout. Ça prenait quelques jours. Ce n'était pas long, et artisanal.
– Un évènement va bouleverser ce mode de vie ancestral. En 1707, le royaume d'Ecosse perd sa souveraineté et devient le royaume de Grande-Bretagne, ce qui est dramatique pour ces modestes paysans car ils n'échappent pas à la taxe qui est alors imposée sur le malt. Fiers, mais incapables de payer, ils refusent de cesser de produire leur eau de vie au risque de devenir hors la loi. Mais c'est aussi comme cela que le breuvage va acquérir un goût unique.
– Quand le whisky était produit de manière illégale à Cabrach, on le mettait dans de petits barils qu'on appelait des "ankers". Ils étaient en bois. On transportait le whisky dedans jusqu'au lieu de vente. Le peu de temps que la liqueur passait dedans, il se produisait une réaction chimique entre le bois et le spiritueux, qui affectait son goût. Le whisky, qui était produit de manière illégale ici, était meilleur et moins nocif que les autres whiskys de l'époque, pour le dire ainsi. Iljouissait d'une magnifique réputation durant les XVIII et XIXe siècles.
– Mais ce qui va vraiment lancer le destin de la boisson, c'est la modernisation du pays et celle des réseaux routiers, car elle va faire exploser la consommation du breuvage dans les grandes villes.