logo Le moteur de recherche de la télé

1916. Pancho Villa mort ou vif

Mystères d'archives


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 6h45 sur Arte

– Revoyons ces images. Un instant ! Avec un chapeau clair, c'est encore Charles Pryor. Cette fois, le producteur tient à montrer qu'ilva au plus près des combats, qu'il est un témoin direct de cette guerre au Mexique. Avec ces images, Pryor va se faire une réputation de reporter qui risque sa vie sur les champs de bataille. Des images qui vont époustoufler les spectateurs aux Etats-Unis etjusqu'en Europe. Pourtant, elles ne montrent pas la réalité des combats. Et surtout, le grand héros de cette guerre est presque absent du reportage. Cette photo a été prise à Ojinaga par un reporter concurrent. Au centre, Pancho Villa pose avec une mitrailleuse saisie aux gouvernementaux. Et là, ce sont deux des cameramen employés par la Mutual, une puissante compagnie américaine de cinéma. Les films qu'ils ont tournés ont disparu. Mais il reste des photos. Pancho Villa a signé un contrat exclusif avec la Mutual. Ilva empocher 25 000 dollars, une somme exorbitante.undefined
Alors, difficile de ne pas prendre la pose quand on le lui demande. Voilà la photo la plus célèbre, prise après sa victoire à Ojinaga. Les reporters de la Mutual veulent accompagner Villa le plus loin possible dans sa conquête du territoire. C'est dans la ville de Chihuahua que Villa rassemble ses troupes. De là, ils descendent en train vers le sud et s'emparent de Torreon. Puis direction l'est. Mais près de Saltillo, les cameramen de la Mutual filment leur dernière bataille. A cause de fâcheries entre Villa et la Mutual, le contrat est rompu. De retour à Torreon, les troupes poursuivent, sans les cinéastes, jusqu'à Zacatecas où elles remportent une victoire décisive. Près de 500km restent à faire pour gagner la capitale. Dimanche 6 décembre 1914. Une date phare dans l'histoire de Mexico. En 4 ans, les habitants ont connu 3 renversements de pouvoir. Mais ils n'ont jamais vu défiler autant de soldats. Les hommes qui paradent avec leurs Sombreros appartiennent à l'Armée de libération du Sud, commandée par Emiliano Zapata. La plupart sont des paysans. Aujourd'hui, ils sont 18 000.