logo Le moteur de recherche de la télé

C à vous la suite


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 0h40 sur France 5

capture
– Anne-Elisabeth: C'est aussi pour ça que vous avez accepté le rôle.
– Valérie Bonneton : L'évolution du personnage est complètement dingue. Au début, elle est très austère. Quand Virginie rentre dans leur vie, elle oublie le violon et tout se déclenche.
– I.Carré: Elle se révèle.
– Anne-Elisabeth: C'est la 1re fois qu'on vous propose de danser toute nue dans votre vie d'actrice.
– Valérie Bonneton : Oui.
– Anne-Elisabeth: Vous n'êtes pas seule à être toute nue. Didier donne de sa personne.
capture
– Didier Bourdon : Pour moi, c'est la place "Saint-Supplice". Le moment le plus difficile pour moi, c'est quand je suis vraiment tout nu devant H.Vincent, qui joue ma belle-mère.
– Anne-Elisabeth: Elle est géniale.
– Didier Bourdon : Je pense qu'elle en a vu avant, mais là, c'était un peu: "Bonjour, j'ai fait le conservatoire..."
– Anne-Elisabeth: Ily a beaucoup de scènes intimes. Vous dites qu'Isabelle était plus à l'aise que Valérie.
– I.Carré: Bizarrement.
– Didier Bourdon : C'est le côté babacool d'Isabelle. Avec son corps, elle est...
– Valérie Bonneton : Moi, j'ai une pudeur.
– Anne-Elisabeth: Il paraît que pour ces scènes, Didier collait ses yeux contre les vôtres en louchant d'un air salace.
– Valérie Bonneton : Il me faisait: "Quoi, je te dégoûte?"
– Didier Bourdon : Alexandra nous mettait à l'aise. Pour moi, c'était fatigant. On ne le faisait pas vraiment, mais beaucoup plus que dans la vraie vie.
– Anne-Elisabeth: Vous êtes sorti
– Didier Bourdon : Certains soirs, oui. Ily a la scène où on danse ensemble. C'était très physique. On a été obligés de la faire plusieurs fois.
– Anne-Elisabeth: Vous faisiez vos propres cascades.
– Didier Bourdon : Il faut une fougue.
capture