logo Le moteur de recherche de la télé

En Sicile, de l'Etna à Palerme

Faut pas rêver


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 0h30 sur France 3

capture
– Buonasera a te. Grazie.
– Le Tout-Palerme est là pour la 1re de la Traviata, une version inspirée justement par Palerme. L'ambiance Belle Epoque que l'on retrouve sur scène, c'est à Roberto qu'on la doit. Tout est parti d'ici, de l'atelier de l'opéra.
libiamo, ne' lieti calici... Ce sont les accessoires de notre "Traviata". Tout a été fabriqué ici. Le scénographe voulait du Liberty, un décor Art nouveau de Palerme, comme cette lampe Tiffany. Il y a ces cigares pour les hommes, les éventails pour les bohémiennes. Noi siamo zingarelle venute da lontano. Plein, plein d'éventails.
capture
– Roberto est le chef accessoiriste de l'opéra. Aujourd'hui, dans les réserves, c'est le grand déballage, l'inspection générale des accessoires et des décors
– Dans "La Traviata", l'action se déroule au 19e, mais on fait se qu'on veut à l'opéra. On peut faire une "Traviata" sur la lune, une "Traviata" contemporaine.
Ici, c'est Belle Epoque car le scénographe est palermitain, et il a voulu rendre hommage à la Palerme de cette période, replacer l'action dans l'Art nouveau palermitain. Et il s'inspire de lieux qui existent toujours, et qui témoignent de cette époque, comme la Villa Whitaker.
– Cette Villa Whitaker trône encore au milieu d'un grand parc tout près de l'opéra. Elle a été construite à la fin du 19e siècle. Son propriétaire, Giuseppe Whitaker, avait fait fortune dans le vin. Elle symbolise l'âge d'or de Palerme, cette grande bourgeoisie d'entrepreneurs, armateurs, commerçants, qui allaient faire de la ville, l'espace de quelques décennies, une capitale à la mode.
– Voilà les fresques Ce qu'il faut, c'est s'imprégner de l'ambiance, du contexte historique de la scène, et surtout de sa saveur.
Cette peinture, sur notre décor, fait 18m de haut. Mais l'esprit doit être celui-là, celui du Liberty, le fameux Art nouveau qui était si fécond à Palerme. Il y avait un immense engouement de la noblesse et de la bourgeoisie palermitaines pour ce style venu de Paris. On imagine les réceptions, le faste, les carrosses. Il fallait être le plus riche, le plus en vue.
capture