logo Le moteur de recherche de la télé

En Sicile, de l'Etna à Palerme

Faut pas rêver


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 0h30 sur France 3

capture
– Elle est si précieuse qu'au moment de la récolte, on la surveille nuit et jour comme un trésor. c'est le royaume de Nino, le roi de la pistache.
– Attention de ne pas tomber.
– Oui, je vois ça. Je mets le seau comme ça ?
– Oui.
– Pour qu'il ne tombe pas.
– Après, prenez une branche, et avec les mains, vous faites tomber les pistaches.
– Dans le seau ?
capture
– Oui, tirez la grappe vers le seau.
– Comme ça ? Et après, avec les mains, vous faites tout tomber d'un coup.
– Pourquoi sont-elles connues partout dans le monde, ces pistaches ?
– A cause du terroir.
– Qu'a-t-il de spécial?
– Il est particulier. Vous voyez ces plantes ? Ça fait 5 mois qu'il ne pleut pas. Et regardez-les, elles sont touffues, elles sont vertes. Même s'il n'a pas plu depuis 5 mois, elles sont belles.
– A la lave. C'est un sol de lave, et la lave n'est pas asphyxiante. Elle forme comme des cailloux avec de l'espace entre. Les racines peuvent s'enfoncer. Elles ne sont pas comprimées et peuvent pousser en profondeur. Et il y a le fait que tout ce versant de l'Etna est riche en eau. C'est pourquoi les plantes sont belles qu'elles ne sont pas irriguées. Regardez comme c'est merveilleux.
– Ça y est, je suis dans le rythme. Le tout est de ne pas les faire tomber au milieu des pierres de lave. Ily a un parfum... ! Elle inspire. On a envie de les manger. Le moment de la cueillette, à Bronte, est très attendu car ça a lieu tous les 2 ans. Le pistachier est au repos 1 an sur 2. Et les familles, au lieu de passer la journée dans les champs et rentrer chez eux le soir, déménagent ici alors qu'on est à peine à 5km du village. C'est bien ça, non ?
– Oui. Les pistaches sont un bien précieux, alors on reste là pour éviter que des voleurs s'emparent de la récolte.
– Combien ça se vend ?
– En ce moment, c'est 12 euros le kilo avec la coque, et sans la coque, c'est autour de 40 euros.
– Ah oui, quand même !
– Eh oui. C'est pour ça qu'on l'appelle "l'or vert". Ça va, vous vous en sortez ?
– Oui, pas mal. C'est pas encore plein à ras bord, mais...
capture