logo Le moteur de recherche de la télé

Sous le choc

Nina


diffusion le jeudi 14 décembre 2017 à 1h30 sur France 2

capture
– Vous aussi mais vous faites tout pour qu'on croie le contraire.
– Bonjour. Je cherche ma fille, Marion Genovez.
– Bonjour. Je vous ai appelée.
– Je suis là. Contente ?
– Non, soulagée. Votre fille a une leucémie et a besoin de votre aide.
– Une leucémie ?
– Signezjuste pour que Paul lui donne un peu de sa moelle.
– Je veux voir les enfants.
– Vous les avez laissés seuls 2 mois et vous voulez les voir ?
– Vous me regardez de haut. J'ai mal agi. Je suis tombée amoureuse. Ça se contrôle pas. Je ferai plus de mal à mes petits. Je n'ai qu'eux. Je veux juste les voir. Je vous en prie. S'il vous plaît.
– Suivez-moi.
capture
– Mes amours ! Mes petits amours. Maman est là maintenant. Pardon. Je vais rentrer. juré. On va rester toujours tous les 3,
– Non... Non. C'est fini maintenant. Tu signes les papiers pour la greffe et tu disparais. Tu m'as fait 10 fois ce numéro. Je me laisse attendrir, je crois que tu as changé et chaque fois, ça recommence. J'ai plus la force. Signe et sors de nos vies. Ça va aller. Je suis là. T'inquiète pas. Je suis là.
– Bonjour, Mme Driot.
– Bonjour. Vous avez les résultats des tests génétiques.
– Pas encore. J'ai consulté le dossier du gynécologue qui vous a prescrit une contraception orale. L'association tabac-pilule est très dangereuse.
– Tu prends la pilule ?
– Je suis désolée.
– Pourquoi ?
– Parce que j'en peux plus. Parce que j'ai fait 4 fausses couches, que j'ai des fantômes à la place des bébés. Je peux plus affronter ça. J'y arrive plus. Alors, je me suis imaginé une vie sans enfant. Juste nous 2 et notre passion. Et ça me plaît.
– Pourquoi tu m'as rien dit?
– J'ai essayé de te le dire mais tu m'entendais pas. Et puis, tout le monde rêve de nous voir avec un enfant. Nos parents, nos amis... Tout le monde. Je me sentais coupable d'abandonner mais je peux plus.
– T'as mis ta vie en danger juste parce que t'arrives pas à me faire confiance.
– Non, c'est pas ça.
– Si, c'est ça.
– Bravo, Kevin.
– C'est pas de sa faute. Elle soupire. pour la maladresse de mon interne.
– Non, c'est moi. J'ai rien vu, j'ai rien compris. Elle veut plus d'enfant et moi, je veux pas la perdre. Un conseil. Arrêtez les regrets. Ça vaut pas le coup.
– Si vous voulez vraiment changer, elle vous pardonnera.
– Non. Elle a toujours su ce qui était bien pour elle. Et elle a pu survivre à une mère comme moi. Dans ma vie, j'ai juste réussi à la décevoir. Elle a raison. Ils seront mieux sans moi. Je vais signer les papiers pour la greffe. J'aurai au moins fait ça.
– Tu t'en vas ?
– Oh... Je t'aime.
– Pourquoi tu t'en vas ?
capture